LE MENTAL AU GOLF : Comment avoir 95 % de réussite sur les petits putts ?


Publié le 10 juin 2020

Revenir à la liste des actualités

Partagez cette actualité

Pourquoi ces petits putts, censés être les plus faciles, sont-ils aussi difficiles à jouer ?Voici une situation où le mental a beaucoup d’importance. Ce n’est pas un coup physiquement exigeant ni techniquement complexe, mais la majorité des joueurs redoutent ce coup et se torturent le cerveau, ou se tournent vers les dieux du golf pour que leur balle rentre... Pourquoi autant de pression ? Je vais vous donner une formule « magique » pour mieux comprendre. Vous l’avez peut-être déjà vu dans certains de mes articles. Cette formule explique à travers les neurosciences pourquoi nous subissons cette pression dans ce genre de situations.

LA VOICI : P = R – A
P = PLAISIR
R = RÉSULTAT
A = ATTENTES
DONC, LE PLAISIR = LE RÉSULTAT – LES ATTENTES !


Plus vous vous approchez du trou, plus vous avez d’attentes sur le résultat ! Quand vous êtes à 1,50 m, et que vous venez de faire une très belle approche, il est normal de vouloir terminer le travail et d’espérer rentrer cette balle pour ne pas gâcher le travail fait auparavant !
Si nous reprenons notre formule et que nous y associons une attente maximale, c’est-à-dire, je ne me donne pas d’autres choix que de la rentrer, vous voyez bien que si le résultat n’est pas à la hauteur, le plaisir sera négatif !

Prenons des chiffres en exemple :
Si votre attente est à 10/10, votre résultat doit être à 10/10 pour avoir un plaisir neutre ! Cela donne : 0 (plaisir) = 10 (résultat) – 10 (attentes). Et si vous ratez votre putt, le résultat sera obligatoirement inférieur à 10, donc le plaisir sera négatif : -5 (plaisir) = 5 (résultat) – 10 (attentes). Donc le gros défaut de la majorité des amateurs est d’avoir de grandes attentes dans cette situation. D’autant plus que dans tout ce que vous faites, le cerveau recherche le plaisir et évite la douleur ! Ainsi, si vous vivez des émotions désagréables suite à un petit putt raté, du genre frustration, déception, colère, tristesse, etc., votre cerveau va vouloir les éviter, et va donc vous mettre la pression sur les petits putts pour alerter que cette situation est dangereuse, menaçante émotionnellement !

Le cerveau fonctionnant par neuro-association, il va donc prendre l’habitude de vous prévenir par du stress à chaque fois que vous êtes dans cette situation !
Comment faire pour diminuer cette pression ?
Inversez la tendance et mettez en place un exercice qui va vous aider à vous dissocier de ces émotions désagréables dans cette situation. Cela permettra à votre cerveau :
• D’avoir plus de confiance ;
• De ne plus voir cette situation comme une menace émotionnelle ;
• De pouvoir vous concentrer sur votre coup et non sur les conséquences. Voici l’exercice :
• Choisissez un trou plutôt plat sur le putting green et placez une marque à environ 1,50 m du trou.
• Placez votre balle et tracez une ligne de 10 cm dans la direction du trou. Le but est de vous décharger de la ligne de putt, vous n’avez plus à vous en occuper.
• Prenez cinq balles.
Le but de l’exercice est de rentrer 50 balles à la suite ! Si vous ratez, vous repartez à zéro !

Voici les conséquences de cet exercice au niveau mental :
• En vous déchargeant de la ligne de putt, vous n’avez plus qu’à vous occuper de la vitesse. Vous allez très vite trouver cette vitesse, et donc vous habituer à effectuer toujours le même putt. Cela va générer un environnement de sécurité car vous n’avez à vous soucier que de très peu de choses. Donc sécurité = moins de stress !
•  En rentrant dans cette routine, votre cerveau va donc s’habituer très vite et cela va libérer de l’espace mental pour penser à autre chose que le putt ! Vous allez voir, vous allez peut-être penser à votre liste de course ou à votre prochain rendez-vous… Bref, votre cerveau va se désintéresser du putt.
• Malgré tout, vous allez devoir rester concentré, mais plus avec votre mental : avec votre corps ! Votre corps va devoir répéter le même putt et vous allez ancrer physiquement le geste à effectuer. Un peu comme la conduite... Vous ne réfléchissez plus quand vous conduisez, c’est votre corps qui gère. Donc, plus de confiance dans ces petits putts.

Cet exercice peut paraître simple, mais je peux vous assurer qu’aucun pro avec qui je travaille n’a réussi du premier coup ! Alors, soyez patient et répétez cet exercice deux à trois fois par semaine.
Le pourcentage du meilleur pro à cette distance est de 99 %, alors ne cherchez pas à rentrer tous ces putts ; même le meilleur joueur du monde n’y arrive pas ! N’ayez pas d’attentes, mais des préférences ! Entraînez-vous, rendez cette situation émotionnellement neutre et laissez jouer votre corps !

Retrouvez plus de d'articles sur le mental dans notre magazine Practice.

Ludovic Leroux
Préparateur mental de joueurs professionnels et amateurs (European Tour, Challenge Tour, Alps Tour…). Deux victoires sur l’European Tour.
Deux victoires sur le Challenge Tour.
Expert en neurosciences.