Portrait des pros - Guillaume Viant-Bénard


Publié le 19 juin 2020

Revenir à la liste des actualités

Partagez cette actualité

Coach de golf et amoureux des technologies, Guillaume Viant-Bénard a ouvert à Chavenay le Golfskills Center. Perfectionner les swings des golfeurs est son objectif numéro un, et pour cela l'alliance de ses compétences avec la technologie est indispensable.

« J'ai toujours voulu enseigner et aujourd'hui, la technologie est essentielle. » Passionné par ce métier, Guillaume Viant-Bénard y passe le plus clair de son temps. Cet expert du long jeu consacre ses journées, six sur sept, au golf, dans son hangar rénové aux couleurs de la petite balle blanche. Cette envie perpétuelle de performance l'a poussé à créer, en novembre dernier, le Golfskills Center. Pour ce nouveau défi, Guillaume Viant-Bénard voulait voir en grand : « Avec Nicolas Rousseau (son ami et amateur de golf), on trouvait qu'il manquait des installations comme on peut avoir dans d'autres pays », explique-t-il. Il prend notamment exemple sur les pays scandinaves  : «  Alex Norén habite en Suède pour rester avec ses proches, il s'entraîne donc beaucoup en indoor et cela ne l'empêche pas de faire de super résultats.  » Avantage non négligeable de l'indoor, les aléas météorologiques – pluie, vent, froid – sont réduits à néant. « On n'est pas soumis à ces facteurs », affirme-t-il.

Guillaume Viant-Bénard a, au fond de lui, cette envie de mettre les golfeurs dans les meilleures conditions possibles, en proposant aux amateurs l'opportunité d'utiliser des outils dont les pros se servent au quotidien. « Les amateurs utilisent très rarement la technologie pour les aider à progresser, car les clubs n'ont pas forcément le budget pour se doter de telles installations », avoue le maître des lieux.

Entraîner, une passion avant tout
Fan des plus grands coachs de golf, Guillaume Viant-Bénard a toujours eu cette volonté d'entraîner : « Cela peut paraître bizarre, mais quand j'étais jeune je n'étais pas fasciné par Tiger Woods, mais plutôt par Butch Harmon, qui a réussi à l'amener à son meilleur  niveau. » À tel point qu'il se demandait comment Butch Harmon pouvait faire avec chaque joueur : «  Il avait la bonne recette pour chaque golfeur », avoue-t-il.
Passé pro, le natif de Sologne a disputé quelques tournois en tant que joueur, mais sa vocation première, l'enseignement, l'a vite rattrapé  : «  Je me prenais trop la tête, du fait de vouloir toujours perfectionner mon swing  », avoue-t-il. Tout naturellement, Guillaume Viant-Bénard a poursuivi son chemin dans l'enseignement, d'abord chez Blue Green en tant que directeur adjoint de l'académie ainsi que responsable de l'enseignement au golf de Villennes-sur-Seine, puis est devenu indépendant au golf de Noisy-le-Roi. Toutes ces expériences lui ont permis de forger sa technique et son savoir.

Jamais rassasié de connaissance, cet expert du long jeu a toujours voulu apprendre des meilleurs. Pour cela, il a mis toutes les chances de son côté, en côtoyant notamment quelques grands noms du golf comme Cameron McCormick, le coach de Jordan Spieth, ou encore Andrew Rice et Mike Adams. Voir la façon de travailler de ces entraineurs américains lui a apporté une autre vision, une méthode différente. Quoi qu'il en soit, pour décortiquer chaque swing Guillaume Viant-Bénard a besoin de ses outils technologiques.

La technologie au service de l'amélioration
Passionné de technologie depuis son plus jeune âge, Guillaume Viant-Bénard pense qu'il trouvera réponses à ses questions grâce à ces outils  : « J'ai pris mon premier crédit, quand j'étais élève-moniteur, pour une caméra à haute vitesse. Je ne comprenais pas comment la balle pouvait partir dans la même direction que le chemin du club », dit-il en souriant. Ensuite, dès qu'il en a eu l'occasion, il s'est offert son premier TrackMan. Il connaît désormais toutes les données relatives au swing de golf, et pourrait passer sa journée à expliquer leur signification. Aujourd'hui, dans son nouveau hangar situé à Chavenay, à quelques kilomètres de Saint-Nom-la-Bretèche dans les Yvelines, TrackMan, greens avec pentes, clubs et autres shafts forment le décor.

En quête de perfection, Guillaume Viant-Bénard a investi dans tous ces appareils pour les mettre au profit des golfeurs. Sans eux, il admet qu'il ne serait pas le coach qu'il est devenu : «  Ces outils ont toujours une réponse précise et rapide  », affirme-t-il. Quand on lui demande
sa méthode pour entraîner avec l'aide de toutes ces technologies, l'expert ne tarit pas d'explications : «  Elle n'est pas la même selon le profil de joueur, mais la base est d'analyser le swing grâce au TrackMan, et de se focaliser sur un aspect technique pour qu'après une heure la personne reparte meilleure. » Associer le savoir à la technologie serait donc la formule magique pour que les golfeurs deviennent plus performants. Néanmoins, la façon de s'entraîner est un point sur lequel il insiste beaucoup : «  Trouver les points forts et faiblesses des joueurs est important pour après les aider à se focaliser sur ce qu'ils doivent travailler, avec des exercices adaptés  », explique-t-il. «  Grâce au TrackMan, on n'invente pas les choses : on sait de quoi on parle, les données ne mentent pas. La technologie est indispensable. Si Ben Hogan avait eu de tels outils, il aurait été le Bryson DeChambeau d'aujourd'hui ». Vivre avec les moyens de son temps, c'est comme cela que Guillaume Viant-Bénard voit les choses. En attendant d'autres nouveautés : « À l'heure actuelle, on a le TrackMan, le Puttview, etc., mais demain on aura certainement d'autres outils pour aider les golfeurs à progresser », conclut-il.


Texte de Julie Laisney – Photos Philippe Millereau - Practice #29 Mars 2019