Sale temps chez les fabricants de clubs


Publié le 6 octobre 2020

Revenir à la liste des actualités

Partagez cette actualité

Avisgolf.com

Qu’il semble loin le temps où les fabricants de clubs prônaient le fitting à tout va afin de mettre en avant les spécificités techniques de leurs clubs pour lesquels les meilleurs ingénieurs s’étaient donnés tant de mal … “Il n’y a que vous, les pros, qui êtes capables d’expliquer aux joueurs amateurs les apports technologiques contenus dans nos clubs”, entendais-je alors. “Et pour les mettre en exergue, m’expliquaient les chefs de produits et les directeurs marketing, rien ne vaut une bonne personnalisation des clubs”… Un fitting, en bref.
En soi, le raisonnement tenait debout. Même s’il restait à s’entendre sur ce qu’était un bon fitting et sur sa vocation pédagogique. Mais, soit !

Force est de constater, aujourd’hui, que dans la réalité, ces louables intentions ont duré ce que durent les roses et n’auront pas résisté aux contraintes de production que nous avons connues au printemps. Exit le fitting et Gloire au stockage ! Dorénavant on ne tient plus le même discours et, comme par miracle, les clubs stockés deviennent subitement polyvalents, convenant aux joueurs de tous poils et de toutes morphologies. Certains y verront une façon détournée de gérer la crise de l’approvisionnement. D’autres ne se satisferont pas de ces changements de discours et des approximations qu’ils impliquent. Car la cuvée 2020 ne mérite pas d’être sacrifiée du fait de fabricants qui ont décidé de maintenir la mise sur le marché des clubs de la génération 2021. Car si les marques désiraient véritablement amortir le choc et coller à leur propre définition du service client, elles auraient pu décaler la sortie des nouveaux produits.

Évidemment cela aurait impliqué une désynchronisation avec les moments privilégiés de ventes que sont les fêtes de fin d’année – entre autres – mais le jeu n’en aurait-il pas valu la chandelle ?
Coup de chance, ces modèles 2020 ont pratiquement tous été mis sur le marché en 2019. Leur cycle de consommation est donc largement entamé.
Mais que se serait-il passé si cette crise sanitaire s’était produite un an plus tôt ou un an plus tard?
Pas sûr, dans ce cas, que la production aurait été amputée comme celle de 2020 le fut.
Mais ça, les fabricants de clubs ne l’avoueront jamais.

Franck de Caumette
www.avisgolf.com

Images